Situation de nos projets en Tanzanie en début de l’année 2024

L’école St Luke d’Endulen, en internat et spécialisé pour les enfants malentendants :

La situation des Masaïs reste très précaire et inquiétante. Le transport de matériaux de construction est toujours interdit. Entretemps l’école accueil plus de 300 élèves, les constructions existantes sont conçues pour 200 élèves. Le P Albano pense pouvoir transporter du bois pour construction des lits superposés pour les garçons (il y a plus de garçons, donc problématique dans leur dortoir). Également des gouttières et tuyauterie pour récupérer l’eau de pluie semble possible en petite quantité de temps à autre. Cela dit que notre projet à Endulen pour récupérer de l’eau de pluie est ouvert aux dons.

L’école pourrait accueillir plus d’enfants sourds/muets ou malentendants, mais manque de personnes qui souhaite sponsoriser la scolarité de ses enfants, financièrement ce n’est pas possible. Avec le P Albano nous proposons une caisse commune pour les parrainages, les gens qui souhaite financer la scolarité de ces enfants peuvent donner n’importe quel montant sans prendre la responsabilité de la scolarisation d’un enfant en particulière et sans engagement dans la durée. De cette caisse on peut financer de la nourriture, des vêtements, comme l’uniforme, les manuels scolaires etc.

L’école secondaire SUMA à Engikaret, scolarisation des filles Masaï pour éviter un mariage précoce :

Le même principe a été conclu avec le P Karumuna qu’avec le P Albano, on peut faire un don pour scolariser les filles Masaï sans engagement dans la durée ni pour une fille particulière.

Le centre écolier Daniel Brottier – DOGODOGO à Bunju, Dar es Salam :

Notre projet de rénovation de deux dortoirs et mis en conformité des sanitaires chez les filles avance bien avec les dons de fidèles donateurs, avec la subvention de la Région de GrandEst et avec un coup de pouce de la Fondation Apprentis d’Auteuil. Le repas à Katzenthal de la communauté des paroisses au Pied du Galtz a complété le montant nécessaire pour mener à terme ce projet. Grand merci à vous tous!

Le P Maliti a lancé un projet du biogaz, il veut arrêter la cuisson avec du bois dans le centre. Il a contacté une société qui réalise le système du biogaz clé à la main, qui s’occupe des ouvrier nécessaire et professionnel, qui planifie le système et qui pilote des travaux. 

Le P Maliti veut son système comme une model pour les écoles Spiritains et pour le voisinage, avec des visites et conseils organisés. Bien sur il doit acheter le matière premier (les déchets organiques, bouse etc) pour pouvoir produire assez de gaz pour la cuisine du centre. C’est un projet osé, innovatif et très écologique.

Dans le cadre de partenariat avec Apprentis d’Auteuil il y a des projets en cours, 12 jeunes du Château des Vaux ont séjourner au centre pendant 3 semaines à partir de 21 avril pour échanger avec 12 apprentis du centre. Les AAOI ont déposé un dossier du financement auprès de AFD pour améliorer la qualité d’apprentissage et pour pérenniser les finances du centre. Romane, une femme française volontaire est arrivée au centre pour joindre l’équipe le 12 avril pour un an, elle sera chargée du suivi des projets en cours et des contacts avec AA et AAOI.

Le Vocational Training Centre à Tengeru, Arusha :

Les P Maliti et Mashaka ont commencé à chercher du financement pour ce centre d’apprentissage professionnel créé pour les enfants de la rue d’Arusha dans les années 1990. Jusqu’à l’année dernière il y avait que des apprentis garçons. Le P José, qui dirige maintenant le centre voulait ouvrir la voie d’apprentissage aussi pour les filles. Il a pu trouver une maisonnette comme dortoir pour les filles, qui doit être rénovée et terminée pour accueillir des filles. Mais l’argent n’a pas suffi. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *